#5 La race des Nagas

Informations

Les ensorcellements :

– Anahëd Sulyá
– Ohôm’nëasyl

Caractéristiques prioritaires : Combat et Prestige
Nombre approximatifs d’individus : Trente mille, mais la plupart sont éparpillés
Espérance de vie moyenne : Entre vingt et cent ans. L’explication à une telle variation est encore en étude.
Territoires de la race : La Mer d’Orychalque et Eilandia.
Commerce : Tout ce qui provient de la mer. Le reste de la production, provenant de l’exploitation d’autres races, est officiellement considéré par les Nagas comme de la contrebande, y compris la pêche.

Description

Personne ne comprend vraiment quand les premiers Nagas sont nés, mais ils peuplaient calmement les profondeurs depuis des centaines d’années au moins lorsqu’ils firent leurs première apparition à la surface. Peuple à l’apparence monstrueuse, porteur d’attributs combattifs et voués à l’attaque et au meurtre, ils ont longtemps souffert de violentes persécutions liés à la peur profonde qu’ils inspiraient aux habitants de la terre ferme. Forcés, pour leur propre survie, de développer leur apparence afin d’engager des relations plus saines avec les peuples évolués, ils finirent par se doter d’une magie leur conférant les corps les plus parfaits et attirants, de telle sorte que la haine de l’autre fut rapidement oubliée au profit d’un désir viscéral à leur encontre. Depuis devenues des créatures envoûtantes, ils n’en demeurent pas moins en leur sein des bêtes violentes qui n’hésitent pas à s’en prendre à leurs propres pairs lorsque leurs instincts de carnassiers se réveillent. Ils ont depuis longtemps oublié leurs origines et tous savent qu’il y a là un mystère des plus révélateurs se dissimulant derrière ces bêtes qui les rongent de l’intérieur.
Seule espèce intelligente à peupler les eaux, les Nagas ont développé une culture et état d’esprit unique. En particulier la notion de linéarité, bien amoindrie dans un milieu ou avancer ne signifie pas nécessairement sur un même plan, appelé généralement profondeur.

Ainsi les rares villes Nagas possèdent-elles des habitations adaptées pour ne pas avoir à nécessairement reposer sur le fond marin, capables de rester simplement en suspension dans l’eau. La lumière ne se propageant pas de la même manière à travers les liquides que les gaz, il développèrent aussi une notion de l’éclairage différente, jouant particulièrement avec les rayons de lumière plutôt qu’avec sa dispersion, développant des arts de sculpture et de peinture de clarté, usant autant d’éléments fluorescents que d’une magie produisant une luminosité dirigée dans une unique direction. Les concepts sociaux sont aussi radicalement différents. Sous l’eau, on ne flâne pas en errant au hasard, on se laisse porter, immobile, par le courant. Et de fait, lorsqu’on se déplace, c’est pour se rendre à une destination précise, dans un but précis. Et puisqu’on ne peut courir sous l’eau, la posture lié à la natation est aussi un indicateur de différents comportements, comme la fuite ou la poursuite. À cause de toutes ces différence, les Nagas tendent à développer une xénophobie extrême. Poussés par les instincts de leurs bêtes intérieurs, ils leur arrive parfois de commettre l’irréparable avec les étrangers voyageant à travers les eaux calmes ou déchaînées. D’un autre côté, ils ont conscience que comprendre le « monde extérieur », comme ils l’appellent, c’est à dire la terre ferme, est essentiel pour parvenir à reconstituer leur histoire dont les rares artefacts archéologique sont les biens les plus précieux du peuple des mers.

Sous l’eau, il existe une imposante Cité, l’Eilandia, première grande capitale des Nagas. Quelques villes éloignées existent, cachés dans des failles abyssales, mais la plupart de Nagas vivent seuls, sur des territoires dont eux seuls connaissent les moyens de délimitation, cachés dans des grottes ou à l’abri d’imposantes carcasses d’animaux maritimes.

Ensorcellements

Anahëd Sulyá (trad : Le Reflet de l’Onde pure)

Depuis des siècles maintenant, tout Naga possède la capacité de revêtir une apparence adaptée à l’œil des étrangers. S’il ne s’agissait à l’origine que d’un déguisement rassurant, il est devenu au fil du temps le meilleur moyen de communication des êtres aquatiques, réalisant d’un claquement de doigt des formes parfaites et des allures envoûtante. Nombreux ont été les habitant de la terre à tomber sous les charmes d’un Naga malgré ce dernier et certains y ont perdu la vie dans une tentative désespérée de le suivre même sous des pressions abyssales insoutenables. Aujourd’hui, les habitants des mers usent aussi de cette capacité exceptionnelle pour se conférer des attributs permettant d’arpenter le monde extérieur aussi naturellement que toute autre espèce intelligente. Tout Naga sait employer cet ensorcellement avec une aisance naturelle tenant de l’instinct. Mais l’exercice le plus délicat réside dans sa capacité à maintenir une telle forme suffisamment longtemps. En comparaison à un ensorcellement de modification de l’apparence, ce pouvoir se limite à un unique habillement par Naga.

Ohôm’nëasyl (trad : Envoûtement)

Dans la culture Naga, s’il est un élément qui reste aussi mystérieux qu’unique, c’est l’Ohôm’nëasyl. Il s’agit d’un chant traditionnel Naga qui, lorsqu’il est chanté d’une certaine façon et par un habitant de la mer seul, détient le pouvoir de calmer les pulsions animales meurtrières et jugées malsaines d’un autre Naga ou au contraire de les accentuer, pouvant aller parfois jusqu’à forcer l’Anahëd Sulyá ou l’interrompre brutalement. Mais sa simple écoute ne suffit pas nécessairement et un Naga qui tente de l’employer à l’encontre d’un de ses congénère a intérêt à parvenir à déployer un forte présence et à posséder des pouvoirs considérables en comparaison de sa cible. On raconte que tout Tsunam est capable par ce seul chant d’ensorceller la totalité de son peuple, s’il le désire. Mais ce mythe ne s’est jamais vérifié, car l’histoire jamais ne présenta l’opportunité de donner au Seigneur des Nagas le besoin d’effectuer une telle démonstration de puissance.

N.B. : il va de soi que les ensorcellement Nagas sont au-dessus d’ensorcellements classiques leur ressemblant. Aucun ne saurait partager leurs spécificités et il n’est pas aussi aisé de les interrompre que cela pourraît l’être pour un ensorcellement classique.

 

Hiérarchie

L’Histoire d’un Naga est caractérisée par son combat intérieur car un Naga possède en son esprit la capacité paradoxale de créer autant que de détruire.

Ainsi, au début de son évolution, un Naga est considéré comme un Aquam par ses congénères. Ce titre, loin d’être insultant, communique son caractère parfaitement indécis, commun à la plupart des habitants des fonds marins. Certains Aquam restent torturés à ne savoir ce qu’il veulent faire, comment ils veulent impacter le monde, comment trouver leur place en son sein, pendant des décennies.

Arrive alors un moment où l’Aquam réalise un voyage initiatique. Cette expression Naga désigne une sorte de cheminement aussi bien intérieur qu’extérieur. L’Aquam, lorsqu’il entreprend un basculement dans sa vie, un chamboulement allant parfois jusqu’à l’exploration de la terre ferme et du monde extérieur, est appelé un Flumine. De la part des Aquam, il reçoit ce titre, mais n’est pas beaucoup plus considéré. Car un Fulmine reste encore bien incapable de comprendre le sens de sa propre vie. Il se contente d’accepter qu’il ne le peut encore et qu’il a besoin d’apprendre pour comprendre.

Lorsqu’un Flumine estime avoir achevé son voyage initiatique, il devient ce que ses semblables appellent un Exitum. Si les Nagas inférieurs respectent les Exitums, cela tient plus de la crainte que d’autre chose. Les Exitums sont considérés comme des électrons libres. Ils ont achevé la phase d’observation de leur exploration et entrent dans une longue période d’expérimentations très aléatoires, autant inutiles et négatives que constructives et positives. On trouve des Exitums sauvant les pauvres, tuant, arrêtant des criminels et alimentant les pègres locales. Certains Exitums ont de la chance et peuvent par exemple se retrouver assistants de Nagas qui leurs sont supérieurs et qui travaillent comme scientifiques. Ces Exitums-là peuvent progresser rapidement.

Aussi soudainement que l’on passe de l’adolescence à l’âge adulte, il arrive un moment où l’Exitum trouve un sens à ce qu’il fait, comprend dans quoi il est naturellement doué, comment s’en servir, ce qu’il veut en faire et à quelles fins. Généralement, il trouve comment servir son espèce, mais il arrive que certains Nagas se détachent de leurs origines. L’Exitum devient alors un Fluctus. Il se sait capable de créer exclusivement ou au contraire de détruire et il use de cette capacité pour faire ce qu’il veut, que ce soit bien ou mal. Cela se traduit notamment le plus souvent par un excellent contrôle de sa bête intérieure ou au contraire son acceptation et la fusion avec cette dernière pour ne plus être l’esclave de ses pulsions mais au contraire leurs origines. Ces Nagas-là sont particulièrement respectés de la population inférieure, considérés comme l’accomplissement espéré de chacun, des êtres déjà exceptionnels. Au-delà, il s’agit presque de légendes tant cela semble inaccessible.

Et parmi ces légendes, les honorables Océanums, les princes des mers, beaux, forts, intelligents et d’une puissance incomparable sont reconnus et adulés par la grande majorité de la population des mers. Ces Nagas voient au-delà de leurs propres places dans le monde, il entrevoient l’Univers et le Temps, ne cherchent plus ce qui est bien pour eux mais pour leur peuple en général, délaissant leurs propre personne pour s’intéresser aux autres Nagas. S’ils ne sont pas les conseillers du Tsunam, ils sont des Nagas influents qui donnent une place à leurs congénères à travers le monde. Ils sont fidèles à leur espèce mais pas nécessairement à leur gouvernement.

Et parfois, en de rares occasions, un Océanum s’élève, trouvant dans son esprit une lumière pour guider la population tout entière. Celui-là est le Tsunam. On raconte qu’il serait possible qu’il y ait plus d’un Tsunam en une même époque. Si cela devait arriver, le peuple Naga pourrait en souffrir, trouvant en ces Tsunam l’occasion de se scinder, d’adopter plusieurs chemins différents et s’opposant, croyant en plusieurs futurs idéaux. Mais certains pensent au contraire que cela pourrait aussi être l’occasion d’un union forte entre des personnages puissants capables, en couplant leurs efforts, d’élever les Nagas en ce monde plus loin que jamais. L’avenir seul guidera les pas de ce peuple profondément soudé.

yuyurela

Yurela Océnis

Description

La beauté de la Tsunam est sans égale. Élégante, au sourire ravageur, cette enchanteresse de renom tient le peuple des Mers de sa main de fer, bien que cette dernière semble enveloppée dans un gant de velours. La rumeur raconte qu’elle fut, il y a bien longtemps, promise à un Ulfurbe qu’elle tua d’un simple regard lors de leur mariage avant de s’enfuir et de prendre possession des Bulles Royales. Malgré son tempérament de feu, elle ne semble pas être une reine tyrannique, et pour cause : elle ne se préoccupe pas véritablement du sort des siens. Immature et hautaine, elle ne manque pas d’arrogance et nul n’oserait la défier de peur de finir dans un cachot en un rien de temps, si ce n’est tué sur le champ. Sa confiance en elle dépasse la normale de très loin, et ce que certains pourront appeler une double personnalité lui permet de gérer toutes les situations qui se présentent à elle.

Consciente de sa fonction, elle ne manque pas de réflexion et de puissance malgré ses airs d’enfant gâtée, ce qui fait d’elle une adversaire redoutable. Ne la sous estimez pas, et surtout ne baissez pas votre garde si elle se trouve près de vous. Manipulatrice et délirante, elle obtient toujours ce qu’elle désire et ce n’est pas une maigre opposition de votre part qui la fera perdre de vue ses objectifs. Son peuple ne possède manifestement pas d’avis sur cette dernière. Elle se contente de les protéger un minimum et de ne pas les oppresser, le peuple des Océans se délectant de sa liberté, c’est tout ce qui lui importe. Nul ne sait quand cette jeune demoiselle quittera le trône, mais tous savent que si un jour cela arrive, elle aura déjà bien d’autres plans en tête..

 

▲ CRÉDITS : NEWTH, DEEP SEA DE CAROLINE GARIBA ET NETHERWORLD VENUS_REG DE TSVETKA

 

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. lepetitmondedheisuki dit :

    OUI LES NAGAS !!!!!! ❤

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s